« Je peux enfin offrir un cadeau d’anniversaire à ma femme. »

Thomas* dit : « Quand j’étais encore étudiant et que plus tard j’ai mal gagné ma vie en tant qu’enseignant, nous avons dû utiliser plus souvent les cartes de crédit pour joindre les deux bouts. » Ingmar Bjoern Nolting pour ZEIT ONLINE
Mon travail

Profession : En tant qu’agent pastoral, je m’occupe du travail paroissial et je pense à ce que l’Église peut offrir aux gens de notre ville. Je suis également responsable des relations publiques de la paroisse et de l’entretien de notre site Web.

 

L’éducation : J’ai étudié la théologie et obtenu un diplôme en théologie. Après mes études, j’ai d’abord travaillé dans une école pendant quatre ans, parce qu’en tant que théologien, vous avez un permis d’enseignement pour toutes les classes jusqu’en onzième année. Après mon temps comme enseignante, je suis entrée dans le ministère pastoral, qui est associé à une autre formation de trois ans. A l’époque, j’étais assistant pastoral, depuis l’année dernière, je suis officiellement assistant pastoral.

Durée du travail : Mon contrat de travail prévoit 39 heures par semaine avec des horaires de travail basés sur la confiance. Je n’ai pas droit à un week-end, parce qu’il se passe beaucoup de choses à l’église le dimanche. Je travaille donc habituellement six jours par semaine et toujours autant qu’il le faut – parfois douze heures par jour, parfois seulement quatre. En moyenne, je me retrouve avec une quarantaine d’heures, au maximum 45 heures par semaine.
Mon revenu

Revenu brut : Je suis payé par l’église, mais mon salaire est basé sur la convention collective de service public, niveau 13 avec bonus à 14, niveau d’expérience 2, soit un bon 4.000 euros brut.

 

Résultat net : Je gagne 2 500 euros nets. De mon compte salaire, 1 500 euros sont versés sur un compte commun avec ma femme, qui paie le même montant. Les 1.000 euros restants me restent pour mes propres dépenses, y compris ma voiture, mes contrats de téléphonie mobile et mes loisirs. Je suis totalement satisfaite de mon salaire et j’en suis très reconnaissante. En tant qu’enseignante salariée, je n’avais que la moitié d’un emploi et je gagnais 900 euros nets. C’est pourquoi mon salaire actuel est beaucoup d’argent pour moi.

 

Autre : Une prime volontaire de fin d’année d’un mois de salaire.

Loyer : 1.000 euros chaud pour un appartement de 120 mètres carrés dans une ville de Rhénanie du Nord-Westphalie. Je partagerai le loyer avec ma femme.

 

Nourriture : Pour nous deux un total de 400 euros par mois. Nous avons laissé un portail en ligne nous fournir une grande partie de la nourriture parce que cela signifie une qualité de vie pour nous de ne pas avoir à faire la queue à la caisse. Nous achetons de la viande du boucher de la région, des fruits frais du marché. D’habitude, nous cuisinons nous-mêmes, mais une ou deux fois par semaine, je déjeune avec des collègues.

 

Moyens de transport : Pour payer ma voiture, il y a une mensualité de 164 euros. De plus, il y a 100 à 200 euros pour le carburant. Chaque année, 1 000 euros sont encore versés pour l’assurance automobile et 114 euros pour l’ADAC. Je paie tous les frais de la voiture à partir de mon compte. J’aimerais bien avoir une voiture électrique, mais il n’y a malheureusement pas de station de recharge à proximité de notre immeuble.

 

Assurance : Assurances responsabilité civile et ménage combinées pour 26 euros par mois, assurance protection juridique pour 30 euros par mois. Et une assurance maladie complémentaire de 32 euros par mois. Les montants des polices d’assurance sont déduits du compte commun.

 

Crédit : Aussi de notre compte commun 667 euros par mois vont loin pour nous libérer de nos fardeaux du passé. Quand j’étais encore étudiant et que je gagnais mal ma vie d’enseignant, nous devions souvent utiliser des cartes de crédit pour joindre les deux bouts. Une voiture qu’on n’a même plus, on doit payer. Et puis il y avait les problèmes typiques que la machine à laver ou le lave-vaisselle étaient cassés. Si nous maintenons notre taux de remboursement actuel, la dette disparaîtra dans sept ans.

 

Prévoyance vieillesse : J’ai un contrat d’épargne-logement dans lequel je paie 60 euros par mois, dont 30 euros sous forme de prestations capitalistiques de mon employeur.

 

Téléphone et Internet : 56 euros pour le fixe et l’Internet, qui seront débités de notre compte commun. Et 87 euros sur mon compte pour mes contrats de téléphone portable : Il s’agit notamment de mon téléphone portable privé, d’une tablette et d’un téléphone portable professionnel que mon employeur ne me paie pas.

 

Télévision et abonnements : 210 euros par an, Amazon Prime 70 euros par an, Sky 30 euros par mois, Netflix 14 euros par mois, Spotify 10 euros par mois. Tout cela disparaît de notre compte commun. Je paie moi-même mon abonnement au journal, soit 22 euros par mois.

 

Vêtements : Je ne fais du shopping qu’une fois par an, puis j’achète quatre jeans et cinq chemises pour toute l’année. Calculé sur le mois maximum 25 Euro.

 

Temps libre : je prends des cours de chant pour 30 euros par mois parce qu’il faut que je puisse chanter dans mon métier – mais malheureusement je ne suis pas encore doué pour ça. J’aime aussi jouer à Tabletop, un jeu de stratégie avec des figurines miniatures, et commander de nouvelles figurines d’une valeur de 100 euros tous les quelques mois. De plus, il y a l’Aikido pour 80 euros par an et le Bouldering pour 35 à 40 euros par mois – selon la fréquence à laquelle nous le faisons.
Animaux : La nourriture et la litière pour nos deux chats nous coûtent environ 50 euros par mois.

 

Voyager : Jusqu’à présent, j’ai pu économiser au maximum 300 euros par an pour de courts trajets. Ça n’a pas encore suffi pour un seul voyage.
Il reste tellement de choses à la fin
300 à 500 euros. Le fait qu’il reste quelque chose à la fin du mois est encore assez nouveau pour moi, car je n’ai mon salaire actuel que depuis six mois. J’utiliserai une partie de l’argent pour enfin donner quelque chose à ma femme pour son anniversaire ou pour Noël. C’est à peine arrivé. Et nous voulons utiliser l’argent pour nous débarrasser de nos dettes plus tôt et à un moment donné pour réaliser notre rêve d’avoir notre propre maison.